UR BIDEA : URaren BakterIen DEsagertzeA

APPREHENSION DU TEMPS DE VIE DES BACTERIES EN VUE D’AMELIORER LES OUTILS DE GESTION ACTIVE DES EAUX DE BAIGNADE

Présentation, contexte et objectifs

Le contrôle et la gestion de la qualité des eaux de baignade est régie par la DIRECTIVE 2006/7/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 15 février 2006 (abrogeant la directive 76/160/CEE). Cette réglementation impose d’évaluer la qualité sanitaire des eaux en mesurant deux paramètres témoins de contamination fécale : Escherichia Coli et Entérocoques intestinaux.  En France, ce sont les Agences Régionales de Santé, établissements publics administratifs de l’État français chargés de la mise en œuvre de la politique de santé dans leurs régions, qui contrôlent la qualité sanitaire des eaux de baignade d’un point de vue réglementaire.

Pour ce faire, les ARS investiguent dans les eaux de surface les entérocoques intestinaux et E.Coli par méthode de culture ou par filtration sur membrane (ISO 7899-1 ou ISO 7899-2 –  E Coli, et ISO 9308-3 ou ISO 9308-1 – entérocoques). Ces méthodes d’analyse microbiologique, dont les résultats sont accessibles entre 36h et 72h, permettent d’établir des seuils de concentration afin de classer les eaux de baignade selon la typologie suivante : insuffisante, suffisante, bonne qualité, excellente qualité.

Cependant, du point de vue de la gestion quotidienne des zones de baignade pendant la saison estivale, les communes – en partenariat avec l’Agglomération Pays Basque (CAPB), ont eu besoin de mettre en place des méthodes d’analyse dites « rapides » pour mesurer quotidiennement, et en moins de 3 heures, la qualité sanitaire des eaux de baignade. L’objectif de cette démarche vise à apporter des éléments d’aide à la décision opérationnels pour piloter de manière optimale les cycles d’ouverture et de fermeture préventive des plages de la côte basque en cas risque de dégradation momentanée de la qualité sanitaire. Ces modes de gestion garantissent aux baigneurs une qualité d’eau irréprochable quand les plages sont ouvertes à la baignade. De fait, l’Agglo Pays Basque et les communes ont mis en place une démarche de gestion active des eaux de baignade, qui se traduit aujourd’hui par le développement d’outils de prédiction en temps réel de la qualité des eaux de baignade.

Ces outils de prévision et d’aide à la décision s’appuient sur :

  • des modélisations hydrodynamiques et de transport de bactéries en temps réel, permettant de réaliser des prévisions de la qualité de l’eau basées sur l’intégration continue de toutes les données océano-méteorologiques, des réseaux d’assainissement et des apports éventuels des cours d’eau ;
  • des analyses microbiologiques rapides (méthode GenSpot) qui identifient en 3h la concentration de bactéries Escherichia coli et d’entérocoques, germes témoins de contamination fécale.

L’Agglo Pays Basque est aujourd’hui dans une démarche de fiabilisation de ces outils en vue de sécuriser les choix réalisés pendant la saison estivale, et de limiter de manière optimale les temps de fermeture de plage tout en garantissant la sécurité sanitaire de l’eau.

Il est ainsi nécessaire de renforcer les études sur la mortalité des bactéries en relation avec les conditions environnementales et le contexte climatique de la côte basque. Pour ce faire, des recherches seront réalisées dans le cadre du projet UR BIDEA pour étudier les cycles de mortalité des bactéries fécales présentes dans les eaux, provenant de diverses sources d’apports possibles (rivière, réseau d’assainissement, réseau pluvial, sources rurales et urbaines…), et dont le temps de survie dépend de conditions environnementales précises :

  • température
  • salinité
  • ensoleillement
  • hydrodynamisme
  • matières en suspension

Le projet UR BIDEA vise ainsi à mieux comprendre la dynamique biologique des bactéries mesurées respectivement en méthode rapide (méthode de biologie moléculaire : mesure des bactéries vivantes cultivables et non cultivables) et en méthode de référence (méthode par ensemencement sur milieu de culture : mesure des bactéries cultivables), et ce afin d’être en capacité d’interpréter plus finement les indicateurs de gestion active mis en place sur le territoire. Le projet UR BIDEA permettra d’analyser la cinétique de disparition d’une contamination bactérienne par la méthode d’analyse rapide GEN-SPOT basée sur un procédé de biologie moléculaire RT-PCR, et par méthode normalisée par microplaque NF EN ISO 9308-3 pour Escherichia coli et NF EN ISO 7899 pour entérocoques. Diverses expérimentations seront mises en œuvre permettant de hiérarchiser l’influence des paramètres cités plus haut en vue de les intégrer au sein des outils de prédiction de la qualité des eaux de baignade.

Ainsi, 24 conditions environnementales seront testées en laboratoire à l’aide de 480 points de mesures tenant compte des différents facteurs environnementaux décrits plus haut, et des campagnes de mesures in situ seront programmées pendant 5 jours sur la plage de la Milady à Biarritz, sur l’embouchure de l’Uhabia et dans la baie de Saint-Jean-de-Luz dans le but d’adapter les connaissances produites au contexte local et complexe de la côte basque.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour retranscrire ces observations, les partenaires du projet développeront une formule de calcul du T90 (temps au bout duquel 90% des bactéries ne sont plus détectées pour chaque méthode de culture) tant en milieu marin et estuarien qu’en eau douce. Ces nouvelles formulations du T90 permettront d’implémenter plus finement le temps de survie des bactéries dans les modèles de prévision.

Les partenaires

Le projet UR BIDEA est issu des travaux du GIS Littoral Basque et construit en partenariat entre l’Agglomération Pays Basque, Rivages Pro Tech et AZTI. Une ou plusieurs publications scientifiques dans des revues internationales seront rédigées à l’issue du projet au regard de son caractère innovant.

Budget et calendrier

Le projet UR BIDEA prend la forme d’un contrat de recherche, par référence à l’article 14-3 de l’ordonnance n°2015-899 du 23 juillet 2015 du code des marchés publics, et se déroulera sur une période de 18 mois entre 2016 et 2017 pour un budget de 381 600 €.

Une demande de subvention FEDER (Programme opérationnel FEDER/FSE 2014-2020) a été déposée par l’Agglomération en date du 17 janvier 2017 auprès de la Région Nouvelle Aquitaine dans le but de financer la moitié de leurs opérations. Le projet UR BIDEA a été étudié et sélectionné en comité de programmation le 27 janvier 2017 ; la Communauté d’Agglomération Pays Basque (fusionnant les Agglomérations Sud Pays Basque et Côte Basque Adour depuis le 1er janvier 2017) a été retenue et pourra bénéficier d’une aide de 144 000€.