L’observation et le suivi des tempêtes

Les partenaires de MAREA ont travaillé collectivement pour mettre en place un réseau d’observation en temps réel des états de mer du fond du Golfe de Gascogne, depuis la zone au large des côtes basques jusqu’à la zone de déferlement des vagues sur les plages.

Au large (offshore), ce réseau d’observation permet de surveiller et de caractériser en temps réel les conditions de houles observées le long de la côte basque, notamment sous l’effet de tempêtes.

Installation des instruments de mesure

Courantomètres ADCP et ADV immergés respectivement à 10m et 20m de profondeur, et installés par les plongeurs d’AZTI

Plusieurs marégraphes, capteurs, radars, et bouées ont été déployés ou maintenus pour mesurer, à ultra haute fréquence, les paramètres océanographiques et hydrodynamiques suivants : direction et vitesse des courants, énergie et fréquence des vagues, niveaux d’eau au large et à la côte, agitation du plan d’eau.

En secteur proche côtier entre -20 m et -10m (nearshore), des courantomètres seront immergés deux hivers de suite pendant 3 mois face aux plages de Biarritz et de Zarautz. Ces capteurs mesurent les conditions hydrodynamiques proches du rivage et complètent le dispositif d’observation au large.

 

Campagnes de mesure océanographiques

Dans la zone de déferlement en haut de plage (onshore), les partenaires de MAREA coordonnent des campagnes de mesures où neuf capteurs de pression et un courantomètre sont déployés sur l’estran pendant plusieurs épisodes de tempête. L’objectif est de « scanner » l’agitation de la houle et les vagues extrêmes provoquées par les tempête pendant un cycle de marée complet.

L’objectif du réseau d’observation des états de mer mise en œuvre dans le cadre du projet MAREA est de récolter des données à ultra haute fréquence à trois échelles : offshore, nearshore, onshore, c’est-à-dire à depuis la zone où les vagues subissent l’influence des fonds marins jusqu’au moment où elles déferlent à la côte. L’originalité  de ces mesures, inédites sur la cote basque, permettra de caractériser le run-up et le set-up dans la zone de déferlement (phénomène d’accumulation de l’énergie des vagues à la côte, faisant augmenter le niveau du plan d’eau et étant à l’origine des processus de submersion).  Ces données étaient jusqu’à aujourd’hui manquantes pour pouvoir modéliser numériquement à haute résolution les processus  hydrodynamiques et prévoir précisément à l’échelle des plages les niveaux d’eau pouvant être atteints lorsque des tempêtes sont annoncées. Le réseau d’observation du projet MAREA vient pallier ce manque de connaissances. Toutes les données recueillies seront versées dans le domaine public.

Suivis bathymétriques

En plus des mesures océanographiques réalisées dans le cadre de MAREA, des suivis bathymétriques sont réalisés avant et après chaque tempête pour suivre les évolutions du profil de plage. Objectif ? Mieux comprendre les transports sédimentaires pendant les tempêtes et tenter déterminer l’influence du profil de plage au sein des processus de submersion.

Systèmes vidéos

En parallèle de toutes ces mesures, des systèmes vidéo filmant 24h/24h les évolutions morpho-dynamiques des plages et détectant automatiquement les lames d’eau à l’origine des submersions ont été installés de part et d’autre de la frontière. Des algorithmes ont été développés conjointement par les partenaires de MAREA de manière à pouvoir exploiter collectivement les images et les données collectées.

Capteurs de pression

Enfin, des capteurs de pression seront déployés sur les digues de Saint-de-Luz et de Donostia pour mesurer l’énergie des vagues et leurs impacts sur les ouvrages de défense. De même, des capteurs de pression seront installés en 2017 au port de Bermeo dans le but de mesurer les processus d‘agitation du plan d’eau dans le port pouvant poser problème en cas de tempêtes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.