La culture du risque

Six ateliers de travail sur la culture du risque sont prévus dans le cadre du projet MAREA, où se rencontreront élus, techniciens, gestionnaires, experts et scientifiques pour échanger sur différents thèmes liés à la « culture du risque » :

  • Comment évaluer la perception du risque des citoyens d’un territoire ?
  • Comment sensibiliser les populations aux dangers causés par l’érosion et la submersion ? (conscience du risque)
  • Comment aider les pouvoirs publics à s’approprier ces thématiques complexes et à communiquer auprès des citoyens ?
  • Comment accepter, s’adapter et vivre avec les risques côtiers ?
  • Comment mettre en œuvre des actions de sensibilisation et de communication sur la côte basque ?

Des rencontres sont également prévues avec des gestionnaires venant d’autres territoires et échanger sur les bonnes pratiques et les outils mis en place sur d’autres façades littorales. L’objectif est de s’inspirer de ces initiatives pour mieux prendre en compte ces aspects au sein des politiques publiques locales et initier une culture de risque sur la côte basque.

 

Le premier atelier sur la culture du risque rebaptisé « de l’aléa à la prévention : comment sensibiliser et communiquer ? » s’est déroulé le 29 septembre 2017 au siège de l’Agglo Pays Basque. Plus de renseignements sur le programme et les intervenants ici.

Les comptes-rendus des échanges relatifs à la culture du risque au Pays Basque sont disponibles en Français et en Espagnol :

ACTE du premier atelier sur la culture du risque au Pays Basque -projet MAREA

ACTA del primero taller de trabajo sobre la cultura del riesgo en la costa vasca – proyecto MAREA

 

Premier atelier sur culture du risque au Pays Basque

Premier atelier sur culture du risque au Pays Basque

 

 

Le deuxième atelier sur la culture du risque du projet MAREA rebaptisé « rencontre et échanges autour des problématiques d’aménagement des territoires littoraux soumis aux risques côtiers : la côte basque, un cas d’école » s’est déroulé le 13 avril 2018 à la technopole IZARBEL à Bidart en présence des chercheurs et des étudiants en géographie de l’Université de la Sorbonne. À cette occasion, une étude de cas a été réalisée sur la plage du centre à Bidart où un mouvement de terrain a été observé à l’issue des tempêtes et des intempéries de janvier 2018. Les étudiants ont ainsi pu apprécier la complexité à laquelle doivent faire face les pouvoirs publics de la côte basque (commune, Agglo, CD64, services de l’État…) pour concilier à la fois la préservation environnementale et la protection des enjeux.

Acte du deuxième atelier sur la culture du risque au Pays Basque – projet MAREA

ACTA del segundo taller sobre la cultura del riesgo en la costa vasca – proyecto MAREA

 

Les étudiants en 3 année de géographie de l’Université de la Sorbonne

 

 

Le troisième atelier de MAREA s’est tenu le 22 juin 2018 en présence d’élus, techniciens, experts et universitaires venus échanger sur les questions de « lutte active douce ». Ces dernières visent à aménager de manière plus durable nos littoraux, notamment en mobilisant les savoir-faire en génie écologique et en renaturation.

Pour ce faire,  la société Géocorail est venue présenter des applications opérationnelles permettant de produire un béton « naturel » qui pourrait aider à consolider les ouvrages maritimes et à lutter contre l’érosion de la côte basque grâce à une procédé électrochimique breveté respectueux de l’environnement. De nouvelles perspectives sont en train d’émerger pour aménager et protéger plus durablement nos littoraux, et la côte basque compte bien emboîter le pas !

 

 

Les équipes de Géocorail présentant leur nouveau procédé

 

3ème atelier sur la culture du risque organisé dans le cadre du projet MAREA POCTEFA